Publié le

Et puis y a Frida, qu’est belle comme un soleil

Hello !

Je reviens vers vous pour un nouveau post couture, afin de vous montrer ma version de la robe Frida de ma marque préférée de patrons, j'ai nommé Wear Lemonade.

Je vois fleurir partout des robes Frida, sur instagram, facebook, pinterest, toutes plus chouettes les unes que les autres, mais j'ai mis du temps à passer le pas. Sa coupe large et un peu enfantine me faisait un peu peur, c'est le genre de coupe qui ne me va pas vraiment habituellement. Mais je me suis dit qu'avec une matière fluide, en choisissant l'encolure tunisienne, et grâce au cintrage de la ceinture prévue dans le patron, je parviendrais peut-être à la rendre un peu plus à mon goût.

C'est ainsi que j'ai jeté mon dévolu sur une jolie viscose bleue rayée des Coupons de Saint Pierre (15€ les 3 mètres !), toute douce et agréable à coudre, et des pressions nacrés.

Vous avez peut-être pu constater qu'en ce moment je suis accro aux rayures et que j'en ai mis plein mon eshop !

Après le dur labeur d'assembler toutes les pièces du patron (j'ai pris la version PDF) en taille 34, j'ai commencé la couture, sans toile car je suis trop impatiente (et ça me perdra). La créatrice, Lisa Gachet, propose un pas-à-pas en vidéo (et des explications sur le pdf pour les abonnés) qui sont top.

Puis vint le délicat moment de l'essayage... horreur ! malheur ! je ressemble à une gamine qui a piqué la chemise de nuit des années 90 de sa grand-mère. Je flottais carrément dedans et c'était pas très seyant.

Je m'en étais rendue compte avec le perfecto mona, les patrons Wear Lemonade taillent grand, et de surcroît, je ne suis pas très fournie au niveau du torse, si vous voyez ce que je veux dire...

Bon, il a fallu tout reprendre et recintrer au niveau des côtés pour obtenir un résultat à peu près satisfaisant. Ah oui, et j'ai rallongé le buste de 5 cm également car je trouvais la taille trop haute.

Et voilà ! Je compte m'en coudre d'autres en matière fluide, crêpe, viscose, imprimée, unie, version robe longue, car c'est un super patron, pour un résultat joli et vraiment confortable.

Je vous laisse avec les photos de la bête ! N'hésitez à pas me laisser un commentaire si vous aussi vous avez votre Frida, j'aime bien voir les différentes versions 🙂

Publié le

Tu sais que tu es créatrice couturière quand…

Salut !

Juste une petite envie de partager avec vous mon quotidien de créatrice homeworkeuse, un peu comme Vis ma vie mais sans Laurence Ferrari, à travers quelques anecdotes. Et qui sait, pourrez-vous vous y reconnaître, vous couturières à vos heures perdues, ou vous couturières professionnelles.

Tu sais que tu es créatrice couturière quand :

- Tu te balades tout le temps avec du fil partout sur tes fringues, du fil et des bouts de tissus sous tes chaussettes, et peut-être peux-tu même trouver de la ouate dans ton slip (bon ça ok, faut pas pousser, mais je me suis promis de glisser le mot "slip" dans chacun de mes posts). Tu ramasses également des bouts de fil sur ton paillasson, devant ta porte d'entrée. Histoire de bien annoncer la couleur.

- Tu as frôlé mille fois la mort par étranglement, car telle une Betty Draper qui a toujours la clope au bec, toi tu as toujours une épingle au bec, et tu mets 25 minutes à penser à l'enlever quand tu as fini d'épingler.

- Dès que tu vois quelqu'un, tu ne peux pas t'empêcher de regarder et d'analyser comment sont cousues ses fringues si bien qu'il croit que tu mates ses pecs, alors que non, tu regardes juste comment est cousue la boutonnière de sa chemise.

- Tu tutoies ta machine à coudre, et tu lui parles pas toujours très gentiment

- Ton atelier, après une semaine de travail, c'est comme un champ de bataille après une bataille dans Game of Thrones. Limite, ça fume encore. Mais y a pas Jon Snow.

- Tu trouves que les robes, les pochettes, les trousses, les sacs, les foulards que tu couds sont vachement cool, mais t'as jamais le temps d'en coudre pour toi

- Bien sûr, tu t'es piqué le doigt des milliers de fois en hurlant des gros mots qui parlent de mamans et de péripatéticiennes

- Tu as aussi marché des milliers de fois sur des aiguilles, ou sur la pointe d'un pression, en hurlant les mêmes gros mots que ci-dessus

- Parce que ton esprit s'est laissé allé à une petite divagation d'une demie-seconde, tu as déjà manqué de coudre ton doigt

- Y a des jours où quand ça veut pas, ça veut pas et tu rates le moindre truc que tu entreprends, même les techniques que tu connais par coeur, même l'article le plus simple à coudre, tu le plantes. En série, jusqu'à la fin de la journée. Le jour où tu découds plus que tu ne couds. De surcroît, ta machine te fait des blagues pas drôles, et tu remarqueras que souvent ces jours-là, il pleut des cordes, pour parfaire l'ambiance "c'est la journée de la loose".

- Tu as des milliers d'idées mais que 24h dans une journée, dont 7 à dormir. C'est mal foutu.

fossette

Et vous ? Vous reconnaissez-vous ? Je serai curieuse de lire d'autres petites anecdotes du genre, que ce soit dans la couture ou n'importe quel domaine !

bouton visitez la boutique                             

                                                                                                     instagramfacebookSanglota-icone-Hellocotonpinterest-icon